Comme à la maison, un bistrot à tartine adapté au cœur de Vitré

Lydia LEONARD SINAN

Gérante de Comme à la maison

Restaurant traditionnel et entreprise adaptée

Très vite j’ai rencontré Magalie Jauron de France Active Bretagne. L’association a garanti mon prêt, ce qui a rendu les choses beaucoup plus faciles avec la banque. France Active est toujours là pour nous, même sur le long terme.



Comme à la maison, un bistrot à tartine adapté au cœur de Vitré

Vitré (Ille-et-Vilaine)
Restauration traditionnelle et entreprise adaptée

 “Comme à la maison”, un restaurant récemment repris par Lydia Léonard Sinan qui lui permet d’allie sa passion pour le contact humain et son engagement envers l’inclusion des personnes en situation de handicap.

Bien plus qu’un restaurant, Comme à la Maison favorise l’épanouissement professionnel de personnes en situation de handicap tout en proposant des produits de qualité et en privilégiant les circuits-courts. « On travaille tous ensemble et on trouve un équilibre pour que tout le monde soit bien dans son poste. Aujourd’hui ce n’est plus le salaire qui me motive, je suis proche de l’action et c’est ce que je voulais ! » souligne la restauratrice.

Du sanitaire et social à la restauration

Lydia a passé 18 ans de sa carrière dans le secteur médico-social en tant que comptable au sein d’une association qui proposait des services aux adultes en situation de handicap. Elle a évolué vers un poste de responsable administratif et financier avant d’opter pour une rupture conventionnelle. « C’est le lien humain qui me manquait ces dernières années », nous confie-t-elle, son association ayant fusionnée avec une grande structure.
En janvier 2023, elle se lance dans son projet de restauration en commençant par effectuer un stage grâce à un dispositif de Pôle Emploi, où elle a appris les métiers de serveuse.
Aujourd’hui, elle est gérante du restaurant, elle a parfaitement réussi sa transition vers ce nouveau métier.

« Je ne regrette pas du tout ma décision, je suis satisfaite de ce que je fais chaque jour. Je ne m’attendais pas à vivre une aventure aussi belle en quittant mon précédent travail. Bien que la question financière puisse susciter des préoccupations, nous gérons nos actions de manière stratégique pour maintenir un équilibre »

“Comme à la maison” propose une cuisine familiale. A la carte de ce bistrot et en plus des tartines, le chef propose un plat selon l’inspiration du moment et les saisons. On pourra trouver une joue de porc sauce au poivre, un dos de cabillaud au beurre basilic et pommes de terre vapeur, parfois un burger-frites ou un fish and chips pour les enfants… Le restaurant est ouvert chaque midi en semaine, le vendredi soir et le samedi midi en format bistrot. 3 salariés y travaillent dont 2 en situation de handicap. Ensemble, ils proposent jusqu’à 45 repas par jour.
L’accompagnement des personnes en situation de handicap au sein de ce restaurant va au-delà de la gestion quotidienne. Lydia s’investit activement à résoudre les éventuelles difficultés, collaborant étroitement avec des éducateurs et des psychologues pour leur assurer un soutien global. Son restaurant offre également des opportunités d’accueil de stagiaires, favorisant ainsi l’intégration professionnelle et la formation au sein de son équipe.
Pour la reprise de l’activité du restaurant, Lydia Leonard Sinan a rencontré France Active Bretagne. L’association lui a ouvert la voie en octroyant une garantie de prêt, ce qui a facilité l’engagement des banques.

Ses projets à moyen et long terme :

Grâce à la DREETS (Direction régionale de l’économie, de l’emploi, du travail et des solidarités), Lydia a répondu à un appel à projets qui permettrait d’élargir la palette de compétences des salariés et d’accompagner davantage de personnes en situation de handicap. Elle prévoit également de réaménager sa cuisine pour avoir plus d’espace de travail et éventuellement ouvrir d’autres lieux à moyen terme.

Un partenariat avec les établissements du médico-social est primordial pour les entreprises adaptées.

Un conseil pour un entrepreneur qui souhaite se lancer ?

« Je lui dirais de foncer et de croire en son projet. Je suis prête à aider les gens autour de moi sur le montage de leurs projets car nous avons tous besoin les uns des autres pour réussir. » conclut-elle.

https://www.youtube.com/watch?v=hcpxcBkcOXM

Facebook

A bénéficié du

Avec

plusieurs garanties d’un total de

50 000€

A été accompagné par

France Active Bretagne

En 2022

C’est ici ?

Autres stories


[bloc_ajax params="{count:7,ess:0}"]

Toutes les stories

Une seconde vie au matériel de puériculture

Séverine INKERMAN

CEO et Co-fondatrice de Tikoantik

Conseil et vente de matériel de puériculture reconditionné

Chaque année, des millions d’objets de puériculture sont achetés neufs en France. Ils proviennent majoritairement d’Asie. Séverine Inkerman souhaite proposer une alternative juste et durable en remettant dans le circuit du matériel nettoyé et vérifié à moindre prix.



Lorient (Bretagne)
Conseil et vente de matériel de puériculture reconditionné

Chaque année, des millions d’objets de puériculture sont achetés neufs en France. Ils proviennent majoritairement d’Asie. Séverine Inkerman souhaite proposer une alternative juste et durable en remettant dans le circuit du matériel nettoyé et vérifié à moindre prix. Le principe est simple : un rendez-vous permet aux futurs parents de faire le point sur leurs besoins en termes de matériel pour accueillir leur enfant. A partir de cette liste, ils peuvent acheter en ligne sur le site de l’entreprise Tikoantik et recevoir la marchandise chez eux. L’idée de création de cette entreprise a germé en 2021, en pleine pandémie de covid 19. Un petit groupe de parents, intéressés par l’économie circulaire, s’est formé pour réfléchir à une alternative d’achat au matériel de puériculture neuf. A l’arrivée du premier enfant notamment, les parents ont besoin de conseils, de contrôle qualité et de garantie. C’est ce que propose Tikoantik. https://vimeo.com/801289687A travers ce projet, Séverine Inkerman a souhaité mettre en place un véritable écosystème local de l’Economie sociale et solidaire : elle travaille avec l’Esat Alter Ego pour le nettoyage du matériel et avec l’entreprise d’insertion Book Hémisphères pour la partie logistique et envoi des produits. Les objets sont à destination des parents mais aussi des professionnels de la petite enfance (comme les responsables de crèches par exemple)En parallèle, Tikoantik travaille aussi sur l’accompagnement aux changements de pratiques en lien avec la transition et l’éco-parentalité à travers des ateliers de sensibilisation et des évènements.Pour monter son projet, Séverine Inkerman a été accompagnée par France Active dans le cadre du dispositif Place de l’émergence. « Ce qui a été le plus précieux dans l’accompagnement de France Active c’est le regard extérieur bienveillant et exigeant sur le projet » nous confie-t-elle.

Site internet

A bénéficié des


Avec

une garantie de

33 000€

le programme Place de l’émergence pour

10 000€

A été accompagnée par

France Active Bretagne

Et soutenue par

Caisse des Dépôts

En 2022

C’est ici ?

Autres stories


[bloc_ajax params="{count:7,ess:0}"]

Toutes les stories

Emplois industriels et adaptés d’avenir en Bretagne

Daniel LAFRANCHE

Directeur général de Bretagne Ateliers

Entreprise industrielle adaptée

La 1ère entreprise industrielle adaptée de France a levé plus de 5 millions € pour pérenniser et développer l’emploi local.

35 230 Noyal-Chatillon-sur-Seiche
Entreprise industrielle adaptée

Surmonter la crise dans un secteur durement touché

Pas facile de surmonter la crise Covid quand on fait 50 % de son chiffre d’affaires dans l’automobile et le reste dans l’aéronautique ou le ferroviaire. Pas facile non plus de penser diversification, innovation ou création d’emplois quand l’industrie est à la peine et que la relance tarde à venir. « Pas facile mais vital, déclare Daniel Lafranche, directeur général de Talendi (ex Bretagne Ateliers), parce que 550 salariés et usagers, dont 420 en situation de handicap, comptent sur nous. S’ils perdent leur emploi, ils n’en retrouveront pas forcément ailleurs ». Des salariés souvent abimés par la vie que Talendi, la 1ère entreprise industrielle adaptée de France, accompagne depuis plus de 45 ans, inversant la spirale de l’échec et cultivant l’excellence jusqu’à obtenir le label Vitrine Industrie du Futur. La plupart de ces salariés travaillent au sein de 4 usines et 2 ESAT (Etablissement et Service d’Aide par le Travail), pour de grands noms de l’industrie comme Stellantis (PSA), mais aussi Alstom, Airbus ou Schneider Electric. L’entreprise s’est en outre depuis une dizaine d’années lancée dans des activités tertiaires et numériques.

Elargir ses horizons en solidaire

Car la diversification, l’innovation et le développement ont toujours été ses maîtres mots. Talendi a par exemple investi récemment dans un procédé de soudure révolutionnaire, mis au point par la start-up bretonne Stirweld. Elle compte également transposer son savoir-faire en assemblage de grandes séries, pour produire des pièces en moindre quantité tout en restant compétitive. « A l’heure où la France affiche sa volonté de relocaliser ses activités industrielles, nous entendons bien faire partie du jeu et créer 100 emplois de plus. Mais pour cela, il faut des fonds. Des fonds pour pouvoir investir très vite sans être obligé de mettre en place un tour de table ou d’aller voir des banques, explique Daniel Lafranche. Des fonds aussi pour assainir nos finances, après avoir perdu 30 % de notre chiffre d’affaires en 2020 ».

Miser sur les financeurs engagés

Les 5,2 millions € que Talendi a levés en mai dernier vont servir à relever ces deux défis : pérenniser et développer l’emploi. « La Banque des Territoires nous a accompagné sur le sujet dès 2019, en finançant notre étude stratégique. Elle nous apporte aujourd’hui 1,2 millions € en titres associatifs. 14 autres souscripteurs ont suivi à hauteur de 1,5 millions €, détaille Daniel Lafranche. Nous avons réussi à faire reconnaître ces titres comme des fonds propres et non des dettes, ce qui était crucial pour nous, en tant qu’association. Nous présenter avec des fonds propres négatifs nous aurait en effet pénalisé auprès de nos clients comme auprès de nos futurs investisseurs ». S’ajoutent à ces fonds 2 millions € de prêts garantis par l’État, un prêt participatif de 200 000 € de France Active et 100 000 € de son partenaire Mirova en billets à ordre, ainsi qu’une subvention des collectivités pour 200 000 €. Leur engagement témoigne de la solidité du projet et de l’espoir que place la Bretagne dans l’Économie Sociale et Solidaire.


Site internet

A bénéficié des


Avec

plusieurs garanties de

225 000€

des prêts participatifs rebond de

200 000€

des nvestissements de

420 000€

A été accompagné par

France Active Bretagne

C’est ici ?

Autres stories


[bloc_ajax params="{count:7,ess:0}"]

Toutes les stories

L’emploi au service du handicap en Bretagne

Julia BARONE et Erwan PITOIS

Directrice générale d’Up’Intérim et président de Breizh EATT

Entreprise adaptée de travail temporaire

Nous augmentons le panel de réponses possibles pour les publics en situation de handicap en recherche d’emploi.

En Bretagne et Pays de la Loire
Entreprise adaptée de travail temporaire

5 septembre 2018 : les lignes bougent pour les entreprises adaptées. La loi appelée « Pour la liberté de choisir son avenir professionnel » ouvre en effet la voie à des expérimentations de travail temporaire pour les personnes en situation de handicap.
Julia Barone et Erwan Pitois, deux dirigeants d’entreprises adaptées en Bretagne et membres de l’UNEA (Union nationale des entreprises adaptées), se saisissent du sujet à l’échelle de leur région. Rassemblant douze autres acteurs – qui représentent 50 % des entreprises adaptées de leur territoire –, ils créent début 2020 l’entreprise adaptée de travail temporaire Breizh EATT. Celle-ci comprend aujourd’hui quatre agences à Rennes, Saint-Brieuc, Lorient et Quimper, baptisées « Up’Intérim ».
Breizh EATT est une SCIC (Société coopérative d’intérêt collectif) et cela ne tient pas du hasard : « Ce statut marque cette volonté de coopération territoriale, explique Erwan Pitois. C’est toute la logique du projet : être plus forts ensemble que séparément ; être avec les autres, dans l’ouverture. »

Ouvrir de nouvelles voies

 

L’EATT a la même mission que toute entreprise adaptée : créer des postes et des parcours pour les personnes en situation de handicap. « Mais avec ce nouvel dispositif de travail temporaire, notre objectif est de toucher des profils différents : possiblement plus jeunes et davantage à potentiel de travail immédiat pour des missions. Nous proposons ici des parcours plus toniques et exigeants. Mais surtout, nous augmentons le panel de réponses possibles pour les publics en situation de handicap en recherche d’emploi », complète Erwan Pitois.
« Sans oublier que notre objectif reste avant tout des sorties en emploi durable, rebondit Julia Barone. Un vrai plus pour les intérimaires mais aussi pour les entreprises qui font appel à nous. Elles sont pour la plupart du milieu ordinaire et de tous les secteurs d’activité (automobile, nettoyage, câblage, entretien d’espaces verts…) et peuvent utiliser ces missions pour ensuite intégrer durablement les salariés dans leurs effectifs. » Ainsi, en un an, 800 personnes, qualifiées et prêtes à l’emploi, se sont inscrites, 120 ont été mises en poste et 20 ont connu une sortie en emploi durable.

Prêts pour la reprise

Ces résultats sont très encourageants au regard de la crise sanitaire qui a explosé le lendemain à peine de l’ouverture d’Up Intérim… Malgré une fermeture lors du premier confinement et une réouverture en plein été, période traditionnellement la moins dynamique pour l’intérim, il n’est pourtant pas à l’ordre du jour de réduire les ambitions de Breizh EATT.
Ainsi, pour redimensionner le projet au regard de cette situation et continuer la belle aventure en cours, ils contractent, en plus d’un un prêt garanti par l’État, un Prêt de Relève Solidaire de 60 000 euros, via France Active qui les soutient depuis le début.
France Active Bretagne les a en effet accompagnés en amont, en 2020, dans le cadre du programme Fonds de confiance : « Passer par ce comité nous a permis de bénéficier d’une expertise et de regards croisés validant notre projet et nous donnant la possibilité de passer à la vitesse supérieure. Cet accompagnement a été clé. D’autant que France Active est un acteur du territoire et a donc une connaissance très fine de nos réseaux locaux, c’est essentiel », précise Erwan Pitois.

Aujourd’hui, le prochain défi de Breizh EATT est d’anticiper la reprise en constituant les ressources, en visant les écarts de formation et en préparant le redémarrage auprès des entreprises de la région. « Nous comptons sur un vivier de 800 personnes sur tous types de métiers et tous types de postes – même très qualifiés – c’est énorme ! Nous sommes bien loin de l’image du salarié handicapé qui ne peut faire que quelques tâches. Nous serons donc là pour les entreprises qui rechercheront des compétences dès que ça repartira. Nous sommes prêts ! », conclut Julian Barone.


Site internet

A bénéficié des


Avec

plusieurs garanties de

50 000€

un prêt Relève solidaire de

60 000€

une prime de

18 000€

un investissement de

50 000€

A été accompagné par

France Active Bretagne Breizh

En 2020

C’est ici ?

Autres stories


[bloc_ajax params="{count:7,ess:0}"]

Toutes les stories

Réduire ses déchets avec l’épicerie Mamie Mesure

Amandine Chaudet et Maud Pouteau

Créatrices de Mamie Mesure

Commerce Zéro Déchet

Pionnier dans la vente de produits en vrac, le réseau de boutiques « Mamie mesure » met en avant depuis 2016 un mode de vie zéro déchet.

35000 Rennes
Commerce Zéro Déchet

Pionnier dans la vente de produits en vrac, le réseau de boutiques « Mamie mesure » met en avant depuis 2016 un mode de vie zéro déchet. Ce réseau, présent dans le grand ouest, propose dans ses concessions une sélection de produits en vrac, sans emballages jetables, avec des matériaux compostables, recyclables et/ou réutilisables. Chez Mamie Mesure, le consommateur ne paye que le produit, qu’il pourra transporter dans le contenant de son choix. Les producteurs sont payés au juste prix et sélectionnés localement afin de favoriser le circuit court. Il est également possible dans certaines boutiques de prendre un verre et de se restaurer, de participer à des ateliers éco-responsables pour toute la famille, afin de se familiariser avec le zéro déchet : fabrication de produits d’entretien, cuisine, activité manuelle…https://vimeo.com/502289861

Site internet

A bénéficié du

Avec

plusieurs garanties de

48 750€

A été accompagné par

France Active Bretagne

En 2018

C’est ici ?

Autres stories


[bloc_ajax params="{count:7,ess:0}"]

Toutes les stories

Réduire ses déchets avec l’épicerie Mamie Mesure

Amandine CHAUDET et Maud POUTEAU

Créatrices de Mamie Mesure

Commerce Zéro Déchet

Pionnier dans la vente de produits en vrac, le réseau de boutiques « Mamie mesure » met en avant depuis 2016 un mode de vie zéro déchet.

35000 Rennes
Commerce Zéro Déchet

Pionnier dans la vente de produits en vrac, le réseau de boutiques « Mamie mesure » met en avant depuis 2016 un mode de vie zéro déchet. Ce réseau, présent dans le grand ouest, propose dans ses concessions une sélection de produits en vrac, sans emballages jetables, avec des matériaux compostables, recyclables et/ou réutilisables. Chez Mamie Mesure, le consommateur ne paye que le produit, qu’il pourra transporter dans le contenant de son choix. Les producteurs sont payés au juste prix et sélectionnés localement afin de favoriser le circuit court. Il est également possible dans certaines boutiques de prendre un verre et de se restaurer, de participer à des ateliers éco-responsables pour toute la famille, afin de se familiariser avec le zéro déchet : fabrication de produits d’entretien, cuisine, activité manuelle…https://vimeo.com/502289861

Site internet

A bénéficié du

Avec

plusieurs garanties de

48 750€

A été accompagné par

France Active Bretagne

En 2018

C’est ici ?

Autres stories


[bloc_ajax params="{count:7,ess:0}"]

Toutes les stories

Tu ne vois plus, je viens te voir demain

Claire Lespinasse

Créatrice de La mallette à lunettes

Vente de soins optiques à domicile

« Mon objectif est de permettre à tout le monde l’accès aux soins optiques. »




Trégunc, 29910
Vente de soins optiques à domicile

Avec sa formation d’opticienne, Claire a décidé de créer sa propre entreprise. Soutenue par France Active Bretagne, elle a pu lancer son activité de vente à domicile. Elle se déplace chez ses clients avec son matériel et ses nouvelles collections. Ses services sont identiques à ceux proposés habituellement en magasin. Claire fait un examen de la vue de ses patients et répond au mieux à leurs besoins. Puis elle livre les équipements qu’elle a elle-même fabriqués dans son laboratoire. Le service après-vente ainsi que le tiers payant sont garantis.

Son ambition est de couvrir un maximum de territoires et de venir en aide aux personnes vivant à la campagne. En effet, elle a compris que tous les besoins n’étaient pas satisfaits car l’accès peut s’avérer plus difficile dans certaines situations. Claire espère ainsi venir en aide aux personnes qui ne peuvent pas se déplacer facilement, notamment les personnes en situation de handicap, aux personnes qui ne sont pas à proximité d’une boutique ou encore aux personnes pour qui le train de vie ne permet pas le déplacement comme des horaires de travail décalées ou une famille nombreuse à gérer. En outre, elle se déplace dans des structures telles que les établissements de santé ou les entreprises. « Solidarité » est donc le maître mot de son activité, au cœur de son entreprise.


Site internet

A bénéficié

d’une garantie sur prêt bancaire de

29 950€

A été accompagné par

France Active Bretagne

En 2019

C’est ici ?

Autres stories


[bloc_ajax params="{count:7,ess:0}"]

Découvrez toutes les stories

Un service de proximité dédié au bien-être des personnes malades

Tiphaine ARENOU

Créatrice de Chemins croisés

Vente ambulante de perruques médicales et accessoires

« Lorsque arrivent les effets secondaires, comme la chute de cheveux, toutes ces personnes n’ont pas forcément la possibilité de revenir exprès à Rennes. »




Crédit photo Ludivine Viguié

Ille-et-Vilaine, 35
Vente ambulante de perruques médicales et accessoires

Vous vous souvenez du Don’t judge challenge en 2015 ?

 

Certaines vidéos de ce challenge sont devenues virales car leurs auteurs dévoilaient en fin de vidéo leur crâne chauve, conséquence de leur maladie grave, surprenant ainsi les internautes. En effet, qui pourrait parier qu’une perruque donne une telle impression de vérité ? Tiphaine Arenou, elle, en est convaincue ! C’est pourquoi elle a créé Chemins croisés, son entreprise de vente ambulante de perruques médicales et accessoires.

Une vocation depuis l’enfance

 

Tout commence à 14 ans, lorsque Tiphaine Arenou prend conscience de sa vocation. C’est après une
formation dans le domaine de la coiffure et de la perruquerie, ainsi qu’une expérience en tant que
salariée à Paris qu’elle décide de revenir en Bretagne et de finalement créer sa propre entreprise. Elle
est aidée par la BGE, Initiative Rennes, la CCI d’Ille-et-Vilaine ainsi que par France Active Bretagne
pour démarrer son entreprise.

Au plus près de ses clients

 

Son métier la passionne. Seulement, Tiphaine Arenou n’est pas pleinement épanouie en tant que
salariée. Elle souhaite consacrer plus de temps à ses clients, prendre le temps de les rassurer, les
écouter, les conseiller. Elle décide alors d’ouvrir sa propre boutique, à son image. Une boutique
itinérante pour aller au plus près des gens. C’est pourquoi elle décide d’investir dans une caravane.

Chemins croisés, c’est l’idée de rendre accessible ses perruques et accessoires sur le territoire
bretillien. Cela lui permet de se déplacer aisément dans les zones plus rurales avec ses produits et
créer un lieu à part, cocooning, pour assurer une sentiment de sécurité et pour favoriser l’échange
entre l’entrepreneuse et ses clients. Ainsi se crée un véritable espace d’écoute et de conseils. Un
climat de confiance est instauré par l’ambiance intimiste procurée par la privatisation de sa caravane.
Cela évite aux clients de faire des kilomètres pour atteindre les boutiques en métropole de Rennes et
d’être mal à l’aise lorsque des passants regardent par la vitre du magasin.

Prix santé entrepreneurs 2020

 

Tiphaine Arenou a obtenu la première place du Prix Santé Entrepreneurs à l’échelle régionale. Elle est
donc qualifiée pour participer à l’échelle nationale. Ce prix récompense les entrepreneurs engagés
dans le domaine de la santé et du bien-être. Il promeut les initiatives ayant pour objectif d’améliorer
l’un ou l’autre de ces aspects dans la vie quotidienne du chef d’entreprise, des salariés, des clients ou
plus globalement de l’environnement. Sont également concernées les actions remarquables mises en
oeuvre dans le cadre de la lutte contre la crise sanitaire. Non seulement c’est une véritable reconnaissance mais le prix à la clé permettra également de développer de nouveaux projets. Pour
Tiphaine Arenou, il s’agirait d’étendre son activité sur toute la Bretagne.

 

Si vous souhaitez soutenir Tiphaine Arenou pour obtenir le Prix Santé Entrepreneurs national, vous
pouvez voter pour elle !


Votez pour Tiphaine Arenou

A bénéficié

d’une garantie Égalité Accès de

25 290€

A été accompagné par

France Active Bretagne

En 2019

C’est ici ?

Autres stories


[bloc_ajax params="{count:7,ess:0}"]

Découvrez toutes les stories

Apprendre le respect de l’environnement par des méthodes ancestrales

Marie MALAIZIER

Créatrice de Fleurs de vie

Culture de plantes médicinales et aromatiques biodynamiques

« J’ai donné vie à mon rêve d’installation agricole l’année de mes quarante ans. »




Apprendre le respect de l’environnement par des méthodes ancestrales

Saint-Thual, 35318
Culture de plantes médicinales et aromatiques biodynamiques

Proche de la nature depuis toujours, Marie veut lancer son entreprise de cultures de plantes médicinales et aromatiques biodynamiques. Le soutien de France Active Bretagne lui permet de concrétiser son rêve en 2019 et d’ainsi vivre de sa passion. Sa manière de vivre est iconique d’un retour aux sources puisqu’elle travaille grâce à la traction animale. Ses cultures, quant à elle, sont des variétés utilisées dans bien des recettes de grand-mère.

Bien que ses méthodes semblent provenir d’un passé lointain, elle n’en est pas moins tournée vers le futur. Soucieuse du bien-être de tous, elle souhaite transmettre un environnement sain aux générations futures. Elle accueille donc les jeunes dans sa ferme afin de les sensibiliser au monde du vivant et de leur apprendre à le respecter. Son entreprise est bâtie tant autour de la protection de la nature que dans une optique intergénérationnelle. Elle espère ainsi donner l’envie de s’engager pour un monde durable.

A bénéficié

d’une garantie sur prêt bancaire de

16 000€

A été accompagné par

France Active Bretagne

En 2019

C’est ici ?

Autres stories


[bloc_ajax params="{count:7,ess:0}"]

Découvrez toutes les stories